Je suis accro aux acronymes, ils me fascinent, je les adore.

Issu d’une profession qui excelle dans l’art de l’acronymie, les quelques GPEC, OPCA et autres PDP me ravissent.

Les acronymes sont un peu aux RH ce que les formules latines sont aux avocats : ça fait bien de les utiliser et ça emmerde tout le monde !

D’ailleurs le monde entier les utilise, c’est une approche absolument universelle, cet art de complexifier les choses en voulant les rendre plus simples.

Cela dit, on peut arguer que c’est pratique, les acronymes nous aide à palier la faiblesse de nos cerveaux qui ne peuvent guère que traiter 5 à 7 choses à la fois.

(Oui mon cerveau pense qu’il en a deux, un cerveau droit et un cerveau gauche, mais tout neurologue vous dira que c’est faux grâce au progrès des IRM.

J’ai néanmoins pris l’habitude de ne pas contrarier mon cerveau).

Tout le monde peut briller en ville grâce à la célèbre phrase : Martine, Viendras-Tu Manger Jeudi Sur une Nappe Propre ? Pour expliquer la place de chaque planète dans le système solaire.

Notez que l’acronyme est soumis au temps et doit s’adapter notamment à la décision de l’Union Astronomique Internationale (UAI) qui a déchu Pluton du statut de Planète en 2006, nous devons dire maintenant :

Mon Voisin Toxico Maladivement Junkie Squatte Un Night-club

Même le législateur s’y met ! On parlait il y a quelques mois déjà de la fameuse Loi TEPA (travail, emploi et pouvoir d’achat), mais il ne faut pas s’y tromper, ce genre de formule cache un cynisme de premier degré.

Et oui, les députés, en commission des lois font quelques jeux de mots grâce aux acronymes, du genre :

  • TEPA cap d’augmenter ton pouvoir d’achat

Ou encore :

  • TEPA prêt de les voir sur ton bulletin de salaire tes Heures Sup !

Quelques députés, les plus jeunes, en tout cas les moins vieux, ceux qui utilisent le langage des plus très jeunes mais pas encore si vieux, le Verlan, pourront même faire preuve d’une créativité absolue en utilisant l’acronyme à l’envers mais là, c’est PATE-rible voire PATE-tique

Ce qui est terrible avec les Acronymes c’est que eux aussi vivent dans un monde paradoxal.

Il suffit de rechercher sur Internet le très triste trigramme, PSE, pour s’apercevoir, contre toute attente que celui-ci renvoie à une association humanitaire : « Pour le Sourire d’un Enfant » au Cambodge !

Je vous l’avais dit, la vie est un paradoxe.

A mon grand étonnement même l’univers du Coaching y va de son acronyme comme avec la méthode de diagnostic RPBD (Réalité, Problème, Besoin, Demande) reprise par l’auteur, coach et sculpteur François DELIVRE, dans son livre le métier de Coach.

De ce fait, moi aussi je crée des acronymes dont certains semblent vouloir dire quelque chose, nous paraissent connus et pourtant, cachent parfois derrière ces quelques lettres une réalité toute autre.

J’en ferai la démonstration avec l’exemple de HRBP dans mon prochain Billet…

J’aurai ensuite plaisir à enchaîner sur le SOCCER, mon acronyme pour présenter ma vision de la fonction HRBP.

Leave A Comment